Par Jean Pélissier

chataignes-detourees

La châtaigne se nomme Li Zi, 栗子, en chinois. C’est le fruit comestible du châtaignier, « castanea sativa ».

Elle appartient à la catégorie des fruits à écales, coque dure qui protège le fruit. Ce fruit se trouve donc dans une coque épineuse que l’on appelle « bogue ». Si celle-ci renferme des fruits cloisonnés par une peau brunâtre et amère que l’on appelle « Tan », ce sont des châtaignes. Si la « bogue » renferme les fruits d’un seul bloc, ce sont des marrons.

Originaire d’Asie, le châtaigner a été introduit par les Romains dans les Cévennes.

Cet arbre majestueux peut atteindre 30m de haut. La production optimale de fruits se situe quand l’arbre est à maturité, c’est à dire entre 40-60ans !

Le bois du châtaignier est très dur. On s’en sert souvent pour faire des cercueils.  Le terme châtaigne est apparu au 12ème siècle et dérive du latin « castanea » : c’est avec le bois du châtaigner que l’on fabrique les castagnettes.

On lui prête dans la tradition d’importants pouvoirs aphrodisiaques. Dans la mythologie grecque, la châtaigne est appelée « gland de Zeus ». Probablement en raison de sa ressemblance avec les testicules, selon la théorie des signatures, « simila similibus curantur, les semblables soignent les semblables ». Comme par « hasard », la châtaigne à une action reconstituante sur l’énergie des reins en médecine chinoise.

La châtaigne, avec la pomme de terre étaient des aliments très prisés en cas de disette. Dans les Cévennes, on appelle le châtaignier « l’arbre à pain », car il offre un aliment complet.

Quelques proverbes relatifs à la châtaigne : « Pluie d’août fait truffes et marrons » ou « jusqu’à ce que les châtaigniers soient en fleurs, ne sortez pas les couvertures du lit ».

 Que dit la médecine chinoise ?

 Li Zi, 李子 est de saveur Douce et de nature Tiède.

La saveur douce a une action de reconstitution, d’harmonisation et de relâchement. La nature tiède permet de réchauffer l’interne, d’aider à la reconstitution du Yang et de désobstruer les vaisseaux.

Les méridiens organes cibles sont ceux :

  • de la Rate,

  • de l’Estomac et

  • des Reins.

Les actions principales de Li Zi, selon les compendiums traditionnels, sont de :

  • Tonifier l’énergie de la Rate.

  • Arrêter la diarrhée.

  • Tonifier les reins.

  • Activer le sang.

  • Arrêter les saignements.

Voyons quelques indications :

*La châtaigne permet de tonifier fortement l’énergie des Reins. Quand ce « logiciel organe » est affaibli, des symptômes signaux d’alarme peuvent apparaître comme :

  • une fragilité osseuse, un retard de croissance (les os sont à mettre en relation avec l’énergie des Reins en MTC),

  • des dents qui branlent (on dit que les dents « sont l’extrémité des os »,

  • un blanchiment prématuré des cheveux,

  • des acouphènes,

  • une baisse de l’acuité intellectuelle,

  • une baisse de la libido,

  • des problèmes d’impuissance,

  • des mictions fréquentes..

Grâce à ses facultés toniques et son action de réchauffement, la châtaigne permet de lutter contre ce type de déséquilibres.

Une consommation régulière d’une à deux châtaignes par cure de neuf jours est conseillée pour les personnes âgées, pour prévenir ce type d’affaiblissement.

*En chine, quand on se trouve en présence de Tan, de mucosités au niveau des bronches, cas retrouvé fréquemment chez les personnes âgées, on prendra alors pendant neuf jours d’affilés cinq châtaignes. N’oublions pas que le Tan, les déchets, les mucosités sont la conséquence d’un déséquilibre du logiciel Rate-pancréas.

*Les châtaignes sont très caloriques, mais l’énergie qu’elles donnent à l’organisme, provient principalement d’hydrates de carbone qui se transforment en sucres lents pendant la mastication. Une châtaigne doit être mastiquée très longtemps. Elle ne crée pas, ainsi, de pic d’hyperglycémie. Elle peut être prise par un diabétique à condition, bien évidemment de ne pas en faire une surconsommation.

*De par ses propriétés hémostatiques, on l’utilise en cas de vomissements de sang, de saignements de nez, de selles sanguinolentes. La Rate, en médecine chinoise, a pour rôle de conserver le sang dans les vaisseaux.

*Reconnu comme tonique du système nerveux (les Reins en MTC sont la « mère de moelles ») et tonique du sang (le sang est produit par la Rate), le miel de châtaignier est recommandé en cas de faiblesse constitutionnelle, d’anémie et de troubles circulatoires.

*En médecine populaire, on utilise la châtaigne pour traiter la dysenterie des enfants. Elle est alors consommée avec la peau brune qui la recouvre. En effet, celle-ci est riche en tanins aux vertus astringentes.

Que disent les recherches modernes ?

Ces recherches ont montré que la châtaigne ou le marron, étaient très riches en acides gras essentiels, dont font partie les omégas 3 et 6. Ce sont eux qui aident à la fabrication de certaines hormones et surtout des membranes cellulaires. Elles jouent un rôle protecteur du système nerveux.

La châtaigne contient :

  • Des saponines et de la pectine aux propriétés antispasmodiques.

  • Des acides foliques recommandés pour prévenir certaines malformations fœtales.

  • Une grande quantité d’amidon dit « résistant ». Cet amidon favorise l’augmentation du volume des selles et diminue les acides biliaires. Elle est bénéfique dans la prévention du diabète, des maladies cardio-vasculaires et des cancers du côlon.

  • Une grande quantité de potassium qui agit comme antiseptique,

  • du phosphore responsable de la formation de cellules nerveuses,

  • du magnésium qui « équilibre l’humeur » et régénère le système nerveux,

  • mais aussi du calcium pour favoriser la formation des os.

Bien qu’étant un fruit, elle pourrait entrer dans le cadre des légumineuses, car elle contient beaucoup de protéines. Elle peut tout à fait composer un plat végétarien.

chataignes-poele

 Mode d’utilisation.

La châtaigne vient à maturité en septembre. C’est le moment où elle tombe de l’arbre. D’ailleurs si on les ramasse au sol ; il faut rechercher la présence de « trous », car les vers en raffolent. La récolte se fait entre fin septembre et mi-novembre.

Il faut choisir les châtaignes dures, lourdes, aux écorces lisses, brillantes, sans trous. Quand vous touchez l’écorce, assurez-vous qu’elle est bien collée à la chair.

Elles peuvent être consommées grillées sous la cendre ou dans les fameuses poêles à trous.

Mais aussi bouillie, en farine. Cette farine s’utilise dans les préparations de pâtisserie, de « soupe hivernales qui « tiennent au ventre ». Comme elle contient peu de gluten, elle est indiquée pour les personnes « allergiques aux céréales ».

Pour préparer soit même des châtaignes, il faut juste avoir un peu de patience.

« A l’aide d’un petit couteau à lame pointue, épluchez la première peau à froid. Mettez dans une casserole une douzaine de châtaignes. Faites cuire 4 à 5 minutes, puis prélevez-en deux ou trois à chaque fois pour éplucher la deuxième peau à chaud.  Changer l’eau de temps en temps, car elle devient vite brun foncé.  Laisser alors refroidir. Recommencez l’opération tant que nécessaire ».

Vous pourrez les conserver au frigo quelques jours où les congeler. Cette préparation est longue, mais délicieuse. Heureusement, les magasins bio en vendent dans des bocaux déjà toute préparés !

Quant aux marrons grillés, vous pouvez les faire à l’ancienne, dans un poêle à trous avec un long manche, sur de la braise. On les entaille horizontalement sur la partie bombée et on les fait griller pendant 15’. Pour faciliter l’épluchage, dès la sortie du feu on les laisse refroidir quelques minutes dans un torchon humide.

On peut aussi les faire au four. On les étalera alors après incision sur une plaque de cuisson. Cuisson qui durera 25’ à un four thermostat 6-7, à 220°, en remuant régulièrement.

Contre-indications

*Pris en excès, les marrons peuvent très facilement être la source de flatulences, surtout si on est en présence d’un ralentissement du péristaltisme intestinal. Il convient alors de consommer des châtaignes bien cuites et surtout de les mastiquer très longuement.

*Il faut éviter d’en prendre en cas de digestion très lente, « d’amas d’aliments dans l’estomac ».

 Conclusion

Le passage de l’automne à l’hiver est souvent une période périlleuse pour l’équilibre de notre organisme. L’adaptation aux changements brutaux de température, met souvent à mal notre « batterie des Reins ». Ce fruit est excellent pour « réchauffer » notre interne.

[…]

Bref, vous ne serez pas « marron » en lisant cet article. Et si quelqu’un veut vous flanquer une « châtaigne », n’allait pas obligatoirement à la « castagne » et « tirez vite vos marrons du feu ».

Une citation tirée de Timon d’Athènes de Shakespeare : « De quoi avez-vous besoin ? Voyez ! La terre a des racines, dans l’espace d’un mille jaillissent cent sources ; les châtaigniers portent des châtaignes, les ronces, des fruits écarlates, la généreuse ménagère Nature, à chaque buisson, met le couvert devant vous. Besogneux ! De quoi avez-vous besoin ?”

Source : http://blog.jeanpelissier.com/la-chataigne/