Par Yasmine Liénard

Comme certains le savent je suis assez engagée pour la cause des femmes pour qu’elles puissent vivre une vie authentique  : choisir , créer, plutôt que subir.
Les patientes que je vois quotidiennement me montrent combien il y a du chemin pour que les femmes soient respectées et traitées à l’égal des hommes dans les relations , au travail etc..et ceci dès leur plus jeune âge. ( Je vous propose si vous voulez des arguments concrets de regarder une petite vidéo de Julie Dachez dont le lien est en bas de page )

Je vais vous conter une histoire pour que vous compreniez vraiment les enjeux du féminisme et je conclurai sur le rapport que je perçois avec la conscience, l’attention et la méditation pour tous :

cacaoyer

Il était une fois une petite fève de cacao.
Elle était née de la terre de l’eau et du soleil. Elle était heureuse de sa nature vivante issue de ses racines d’arbre.

Un jour des hommes eurent l’idée que de goûter cette fève et la trouvèrent fameuse. Ils l’honorèrent par des rituels sacrés. Elle était si sacrée et si réjouissante qu’ils en firent une monnaie. La gentille fève de cacao ne comprenait pas pourquoi cet engouement, ne pouvant se goûter elle-même. Mais parce qu’elle avait un cœur pur et se réjouissait de donner tant de joie et de plaisir, elle était reconnaissante des rituels sacrés qu’on lui consacrait.

Toutefois de nouveaux hommes venus d’un autre continent la trouvèrent vraiment fabuleuse et devinrent obsédés par elle. Ils la voulaient, voulaient ses sœurs et ont commencé à planter des arbres pour que des milliers de sœurs poussent en s’empressant de les broyer pour les déguster et surtout d’en tirer un grand profit financier en Europe puis ailleurs.

Petit à petit la petite fève voyait ses toutes petites sœurs à peine écloses savoir qu’elles serviraient à donner du plaisir à tant hommes et elles commençaient à oublier leur nature de graines, à ne plus se soucier de sentir le vent, ni regarder le soleil. Elles finissaient même par entrer en compétition entre elles pour savoir qui serait la meilleure graine qui serait la mieux vendue . Et le monde souffrait du sort qui leur était réservé mais personne ne voulait arrêter de les exploiter et d’exploiter le filon.

enfant-cacao

Elles devenaient obsédées par leurs fonctions oubliant leur vraie nature , fille de la terre du soleil et de l’eau. Sans fonction elles se sentaient dépérir surtout quand elles étaient trop sèches, trop petites, trop grosses pour être vendues. Elles avaient oublié le temps où elles étaient des fleurs poussant parmi les fleurs.
La petite fève tentait de les réveiller… mais que pouvaient bien faire ses sœurs puisqu’elles savaient qu’elles seraient mangées ? « Amor fati « , aimer son destin lui disaient les plus cultivées d’entre elles. Et les plus agressives la traitaient de « vieille fève » , impropre à plaire et donc aigrie …Certaines même se sentaient coupables des meurtres occasionnés par l’obsession qu’elles créaient et décidaient de se mutiler elle même se cacher pour ne plus susciter de convoitise, persuadées d’être responsables du désordre du monde..c’étaient les plus sensibles et dociles…

Je ne sais pas comment cette histoire s’est terminée, elle se terminera peut être quand il n’y aura plus d’arbres pour donner des petites fèves? Ou alors lorsque que les petites fèves se révolteront et trouveront comment être enfin de nouveau respectées honorées et ne plus « servir »? quand les hommes canaliseront leur désir, se contenteront de moins de chocolat, reviendrons à une agriculture raisonnée et une consommation sage? peut être que devenus obèses et malades ils comprendront qu’ils ont exagéré? Qui sait…

Alors quelle femme souhaitez vous être ? Celle qui « désire être désirée » ou bien celle qui est connectée à ses racines sacrées , à sa nature d’être sans fonction mais pleinement vivante pour elle même et parmi le Monde?

femmesacrée
Cette métaphore illustre également les dérives de l’utilitarisation de chacun et de toute chose et évidemment de la nature.
Lorsque qu’une chose, une plante, un enfant, un homme , une femme est détourné de sa nature pour être utilisé afin de donner des sensations et du plaisir à d’autres et qu’il en oublie qu’il n’est pas né pour satisfaire l’autre mais pour honorer la Vie par sa simple expression, alors il alimente le cercle vicieux de la maltraitance, de l’égoisme et de la violence sans le savoir.
Il est de la responsabilité des hommes d’honorer chaque femme et de restreindre leur avidité pour leurs corps et le plaisir qu’elles peuvent donner, il est de la responsabilité des femmes de revenir à leur source et s’honorer et honorer les autres femmes , il est de la responsabilité des parents d’honorer leurs enfants pour ce qu’ils sont et non pas ce pour quoi ils peuvent servir, ,il est de la responsabilité de tous de respecter et honorer les animaux, la nature…et de sortir de la frénésie d’avidité et de consommation….
La méditation, La conscience et l’attention nous permettent de travailler sur nos esprits afin d’être plutôt des aztèques consommateurs raisonnables du cacao et honorant chaque arbre plutôt qu’un industriel avide , insouciant du cycle naturel, des conséquences sur les populations et ne pensant qu’à son profit personnel. Ainsi avec toute chose toute personne et aussi avec soi même. Revenir à la source.

Nous ne sommes pas nés pour être exploités , être le meilleur, rentrer en compétition avec les autres… nous sommes nés car c’est un miracle, c’est la Vie , et c’est sacré quel que soit notre forme, notre parcours de vie , notre saveur sur la langue de l’autre ...

Beau week end à tous et toutes !

Source : http://www.pleine-conscience.fr/2017/09/02/rapport-entre-feminisme-chocolat-pleine-conscience-2/