Par Jean Pélissier

poivre

Le poivre provient du fruit séché de Hu Jiao, 胡椒 « piper nigrum » qui est une plante rampante à feuillage persistant de la famille des  Pipéraceaes.

Son nom vient du sanskrit « pipali », qui a donné en grec « peperi » et en latin « Piper ».

Hu Jiao est originaire de l’Inde. Il a ensuite gagné les pays d’Asie du Sud Est, Madagascar et le Brésil.

Il ne faut pas confondre Hu Jiao avec Hua Jiao, le « poivre du Sichuan » qui est un « faux poivre ». Il provient en réalité d’un frêne épineux chinois.

Autre temps, autre vision des choses : le poivre au moyen-âge se vendait à prix d’or. D’où l’expression « cher comme poivre » ou « payer en espèce=épices ». La richesse d’un noble pouvait être évaluée à la quantité de poivre qu’il possédait !

Pour la petite histoire, au XIIe siècle, les croisés qui réussirent la prise de Césarée en Palestine furent récompensés par le don d’1kg de poivre, une fortune à l’époque.

Selon le stade de la récolte, on peut avoir du poivre vert, blanc, noir, rouge ou gris.

C’est en même temps un Yao, un médicament, mais aussi un condiment très prisé. En tant que plante aromatique, c’est un exhausteur de goût.

Hu Jiao, le poivre fait partie des « médicaments qui réchauffent l’interne ». Il a comme propriétés de traiter tous les troubles induits par une faiblesse du système digestif.

Quelques citations à son endroit : « Le sel de l’existence est essentiellement dans le poivre qu’on y met » Alphonse Allais.

« Cayenne : Ville célèbre pour ses mines de poivres, qui sont à la France ce que les mines de sel sont à la Russie » Marc Escayrol .

Un proverbe arabe : « Ne jugez pas le grain de poivre sur sa petite taille. Goûtez-le et vous sentirez comme il pique ».

Que dit la médecine chinoise ?

La saveur de Hu Jiao est Piquante et sa nature est Chaude. Combinant ces deux aspects piquant et chaud, on dit qu’il « correspond au Yang pur ». La nature piquante permet de disperser (ici les « amas d’aliments ») et la nature chaude de réchauffer entre autres le foyer moyen.

Ces organes méridiens cibles sont ceux :

  • de l’Estomac,

  • du Gros intestin et

  • de la Rate.

Le poivre a comme action principale de :

  • Réchauffer l’estomac, le « centre ».

  • D’harmoniser le diaphragme.

  • De faire descendre l’énergie.

  • De dissoudre les mucosités, le Tan.

  • « D’éliminer les toxines des viandes, des poissons, et des champignons ».

  • De calmer les douleurs dues au froid, Zhi Leng Tong.

  • De disperser les stagnations de froid, San Ling Zhi.

  • D’éliminer la rétention de liquide de type froid, Han Yin.

  • D’être apéritif et digestif.

Ces principales indications :

  • Il traite les stagnations dues au froid et les stagnations d’aliments.

  • La dysenterie de type froid liée à une humidification trop importante des intestins.

  • Les douleurs abdominales dues aux toxines de type Yin.

  • Les vomissements de liquide dû au froid dans l’estomac.

  • Les douleurs dentaires dues à la « chaleur flottante en superficie ».

  • Les problèmes d’inappétence et d’indigestion.

* « Hu Jiao peut efficacement traiter la pénétration du froid due à la déficience du Feu avec accumulation de Tan et d’aliments, de la dysenterie due à un intestin trop humide, des douleurs de l’estomac causées par la « chaleur flottante ». Une fois le Froid éliminé, l’affection se guérit d’elle-même. »

*Dans les temps anciens les mères de famille fabriquaient un cataplasme composé uniquement de poudre de Hu Jaio et l’appliquaient sur le nombril afin de traiter les diarrhées dues au froid.

*On doit en consommer quand les Yang de la Rate et de l’Estomac sont « effondrés » ou trop faibles ou lorsqu’on se trouve en présence de stagnations d’aliments, surtout de poissons, de viandes et de féculents.

*On l’associe souvent au gingembre dans une décoction pour augmenter l’efficacité sur tous les symptômes précités.

*Dans un bain, l’huile essentielle de poivre stimule la transpiration et fait diminuer la température.

*En compresse froide, il soulage la douleur et réduit le gonflement dû aux contusions. Il est très efficace dans les arthrites localisées.

*Toujours grâce à son action antalgique, on peut se servir du poivre noir pour réaliser un onguent à appliquer en usage externe. On fait chauffer 10 cl d’huile de sésame dans une petite casserole. On y ajoute 1 cuillère à café de poivre en poudre. On laisse refroidir puis on filtre. On masse ensuite les parties douloureuses avec le baume obtenu.

poivre2

Que disent les recherches modernes ?

*Le poivre augmente la sécrétion des sucs pancréatiques, ce qui lui confère une action digestive sur les graisses et les hydrates de carbone. En stimulant les papilles gustatives situées sur la langue, il a pour effet d’augmenter la sécrétion d’acide gastrique dans l’estomac qui permet une première digestion des aliments.

*Le poivre doit sa saveur piquante à des amides de la pipérine. La pipérine est un alcaloïde qui possède des propriétés antimicrobiennes, anti-inflammatoires, hépatoprotectrices.

*Elle permet de diminuer les flatulences causées par la consommation de légumineuses, surtout quand on est en présence d’un « froid interne » qui a tendance à ralentir le péristaltisme intestinal.

*Les  vertus antidépressives du poivre noir sont bien connues notamment dans la dépression, l’anxiété, l’insomnie et la peur. La pipérine du poivre augmente le taux de sérotonine qui est un neurotransmetteur, celui-ci jouant un rôle important sur le bien-être émotionnel en général.

*Le poivre noir présente des propriétés immunomodulatrices et est en mesure de renforcer le nombre et l’efficacité des globules blancs. C’est donc un puissant moyen de défense contre l’invasion des microbes.

Son pouvoir antibactérien a été démontré pour plusieurs espèces de bactéries, dont les Staphylococcus aureus, Lactobacillus plantarum, Citrobacter sp, Escherichia coli, Plesiomonas shigelloides Streptococcus faecalis, Klebsiella pneumoniae, Pseudomonas aeruginosa et Micrococcus roseus.

*Il stimule la décomposition des graisses donc favorise la perte de poids.

*En usage externe, en stimulant les mélanocytes, il permet de soigner le Vitiligo.

*Le poivre noir contient plusieurs antioxydants puissants. Son usage est important pour prévenir et réduire le stress oxydatif.

*Il est également conseillé dans les cas d’angines, de bronchites chroniques et de laryngites pour son action fluidifiante et expectorante.

Mode d’utilisation

Le poivre peut être consommé en grain ou moulu. En décoction, on en prendra 2 à 4 GR. En poudre les doses maximales se situent entre 0.5 et 1 g.

D’octobre à avril, lorsque les fruits se trouvant à la base de l’épi commencent à s’ouvrir et virent au rouge, l’épi est récolté et séché au soleil ou au feu.

Quand les fruits deviennent de couleur noir-brun, ils sont récoltés et prennent le nom de Hei Hu Jiao, le « poivre noir ». Le  Dom Pérignon des poivres est le poivre de Kampot, ou celui de Belém.

Si la récolte se fait quand les fruits sont devenus entièrement rouges, ils sont trempés quelques jours dans l’eau, puis on enlève la peau et on les fait sécher au soleil. Les grains prennent alors une couleur gris-blanc. Ils s’appellent alors Bai Hu Jiao ou « poivre blanc ».

Le poivre en dehors de ses vertus thérapeutiques est donc souvent utilisé comme condiment. Il améliore l’appétit et rehausse le goût des aliments.

Traditionnellement, la consommation de poivre est à privilégier dans les climats froids humides ou pluvieux.

Pour en préserver au mieux les vertus médicinales et culinaires, il vaut mieux l’utiliser en grain et le moudre juste au moment de sa consommation.

poivre3

Contre-indications

Elles sont importantes à connaître.

Tout d’abord, il faut savoir qu’une consommation excessive de poivre  peut :

  • Blesser le Poumon,

  • disperser l’énergie,

  • agiter le Feu,

  • provoquer des éruptions,

  • déclencher et augmenter les douleurs hémorroïdaires,

  • provoquer des saignements dans les selles,

  • des douleurs dentaires,

  • des troubles de la vision,

Il ne faudra pas consommer de poivre en cas de :

  • chaleur vide liée à une faiblesse de Yin avec des symptômes comme des bouffées de chaleur, la gorge sèche, des transpirations nocturnes, les pommettes rouges.

  • Il faudra éviter d’en consommer dans toutes les pathologies où le Yang prédomine, comme dans l’hypertension par exemple.

  • Évidemment, ne pas en prendre en cas d’ulcère à l’estomac.

  • La femme enceinte devra s’en abstenir.

 Conclusion

Le poivre est donc une épice très prisée, mais aussi une plante médicinale à part entière. À condition de ne pas en abuser, un peu de poivre par-ci par-là peut être un excellent rehausseur de goût. Un petit bémol. L’écorce de la graine de poivre est considérée comme une fibre et qui reste intact à la sortie. Si vous avez déjà des problèmes d’hémorroïdes, vous risquez de les sentir passer. En effet le poivre n’est jamais totalement digéré est « sort comme il est entré » !

Aux États-Unis, au début du siècle précèdent il était dit sur le poivre : « Il suffit de voir avec quelle vigueur, qu’elle énergie quelqu’un ayant six de tension se met à s’agiter lorsqu’il a croqué quelques grains de poivre… » . Poivre se disant « pepper ». En abrégé « pep ».  De là l’expression : « Cette personne à  du pep’s ».

Prenez donc le temps de digérer ce nouvel alicament, sans pour autant vous faire des cheveux poivre et sel.

Jean PELISSIER

Sourcehttp://blog.jeanpelissier.com/le-poivre