Lors du sommeil paradoxal, par un phénomène lié à des mouvements oculaires spontanés, les événements vécus sont traités et intégrés de façon à ce qu’ils ne persistent pas dans la mémoire de façon perturbante.

Par contre, certains souvenirs douloureux ou traumatismes ne sont pas traités spontanément et peuvent être dysfonctionnellement stockés avec les images, les sons, les pensées et les émotions éprouvés lors de l’événement d’origine. Tout ce matériel perturbant va régulièrement être réactivé par d’autres expériences.

L’EMDR, par la reproduction volontaire des mouvements oculaires réalisés pendant le sommeil, retraite les blocages et les troubles dus à des traumatismes passés. De nouvelles informations peuvent être mises à jour et l’intégration des mémoires dysfonctionnellement stockées peut alors se faire.