aromathérapie

L’utilisation des huiles essentielles par l’homme est aussi ancienne que lui et se retrouve dans toutes les civilisations antiques. Il semble cependant que l’aromathérapie par extraction d’huiles essentielles pures par distillation soit vraiment apparue avec le prince médecin Ibn Sina, plus connu sous le nom d’Avicenne, 1000 ans après JC.

Hippocrate en recommandait l’usage dans la Grèce antique et notamment dans son 3e principe qui posait que l’homme malade doit trouver dans la nature qui l’entoure le remède qui lui est nécessaire. Ce savoir s’est ensuite étendu avec les invasions romaines dans tout l’Occident où il occupera une place de choix jusqu’au Moyen-Age, puis il tombera en désuétude.

Le précurseur, le père de l’aromathérapie moderne, est un chimiste français du XXe siècle, René-Maurice Gattefossé. L’histoire raconte qu’il se serait intéressé de près à la structure biochimique des huiles essentielles après avoir été « miraculeusement » guéri d’une brûlure chimique gravissime en plongeant son bras dans un bac d’huile essentielle de lavande. C’est lui qui inventera le terme « Aromathérapie » en 1928 et publiera le premier ouvrage sur le sujet en 1931. Derrière lui, d’autres grands noms se sont fait leur place dans les avancées et les recherches sur le sujet : le Dr Valnet qui contribuera à faire connaître les huiles essentielles au grand public, Franchomme qui introduira la notion aujourd’hui incontournable de chémotype (il s’agit de la classification des huiles essentielles suivant leur composition biochimique) et d’autres passionnés comme Dominique Baudoux ou Danièle Festy qui ont fait entrer l’aromathérapie dans tous les foyers…ou bien encore Aude Maillard que nous sommes très fiers de compter parmi les membres de notre comité de parrainage.

L’étude des essences aromatiques s’étend à des dimensions plus subtiles, énergétiques et vibratoires, avec des praticiens d’avant-garde comme Elske Miles, Lydia Bosson ou le Dr Daniel Penoël.